*
Slide-barrage
blockHeaderEditIcon
Chatelot-1
blockHeaderEditIcon

Le barrage du Châtelot

A la fin du XIX siècle, l’arrivée de l’électricité dans le canton de Neuchâtel conduit à l’abandon des moulins au fil de l’eau. Facile à utiliser et à transporter, l’électricité permet d’installer des industries loin des sites où elle est produite, vers les villes plutôt qu’au bord des rivières.

Le développement des réseaux électriques et de la consommation des ménages, notamment pour la cuisson, vont exiger toujours plus de souplesse dans la production. Les centrales électriques érigées au fil de l’eau, comme les anciens moulins, n’arrivent plus à couvrir les pointes de consommation en milieu de journée. D’où la nécessité de stocker l’eau, source de l’énergie, et de pouvoir l’utiliser à l’instant désiré, selon la demande.

C’est ainsi qu’en 1930, une première convention est conclue entre la Suisse et la France. En 1947, une concession est octroyée à la Société des Forces Motrices du Châtelot (SFMC) par la Confédération suisse, puis une autre, en 1954, par l’Etat français.

Le barrage actuel a été mis en service en 1953 ; il est de type «voûte», haut de 74 m, et retient un volume d’eau maximum de 16 Mio de m3. Sa cote supérieure se situe à une altitude de 716 m.

En 2005, la SFMC a installé une nouvelle turbine au pied du barrage. Son débit constant de 2m3/s, supérieur aux exigences légales, améliore nettement les conditions de la vie aquatique en aval. L’énergie qu’elle produit annuellement, env. 7 Mio kWh, compense partiellement la perte résultant de l’importante augmentation du débit résiduel.

chatelot-2
blockHeaderEditIcon

La centrale électrique du Torret

La centrale du Torret, mise en service en 1953, appartient à la Société des Forces Motrices du Châtelot, société franco-suisse. Elle turbine l’eau provenant du barrage du Châtelot.

Ses quatre turbines de type Francis ont un débit total de 44 m3/s. Elles actionnent deux alternateurs d’une puissance de 15'000 kW chacun. La production moyenne annuelle s’élève à 100 GWh (1 GWh = 1'000'000 kWh). Ce volume de production et la hauteur de sa chute (67 à 97 m) font du Torret la centrale la plus importante de la vallée du Doubs.

L’énergie électrique est évacuée par six lignes à 60 kV, quatre en direction de la Suisse, deux en direction de la France.

A l’époque de la construction de la centrale, la configuration escarpée du lieu empêchait la réalisation d’une route. Un funiculaire a donc été installé. Sa pente, qui dépasse parfois 100%, en fait l’un des plus incliné de Suisse. La station supérieure est située à env. 1 km du village des Planchettes. Tous les matériaux de construction et les organes importants de la centrale ont été acheminés par ce moyen.

Bien que l’aspect extérieur n’ait pas ou peu changé depuis sa construction, la centrale a été rénovée à plusieurs reprises. Des améliorations technologiques y ont été apportées, notamment par l’augmentation du rendement des turbines. Les impacts environnementaux ont été fortement réduits, grâce aux mesures visant à diminuer les risques de pollution et à atténuer les variations de débit.


Textes tirés de la brochure éditée à l'occasion de l'inauguration du sentier didactique et de la turbine de dotation située au pied du barrage du Châtelot. Remerciements à la Société des Forces Motrices du Châtelot (SFMC)
Shariff
blockHeaderEditIcon


Retrouvez-nous sur

Les Planchettes sur Facebook

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail